Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 09:30

 

Ben Ali de retour à la Goulette


Les Tunisiens sont-ils prêts pour le changement ? Engagement citoyen a joué un mauvais tour à ses compatriotes avant la première élection libre de toute l'histoire du pays.

Une équipe d’ouvriers à débarqué en ville la semaine dernière pour placarder une affiche géante sous les yeux éberlués des passants : celle-ci exhibait un portrait immense de l’ancien dictateur Ben Ali.

 


 

 

 

Les réactions ne se sont pas faites attendre. Les tunisiens choqués par cet affront, en pleine transition démocratique, n’ont pas attendu plus de trente minutes pour se jeter sur l’affiche et la déchiqueter. L’affiche en a alors dévoilé une deuxième sur laquelle était inscrit "La dictature peut revenir. Le 23 octobre, votez."

 

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 09:19

 

HotelF1 nous vend du rêve


HotelF1, l'enseigne hôtelière à bas prix du groupe Accor, déploie sa campagne sociale sur Facebook avec deux nouveaux films web pour réaffirmer son positionnement low cost.

Cette campagne fait échos aux précédentes campagne d'affichage et de radio: ne payer que l'essentiel pour bien dormir.

 

 

Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 11:19

Marre de gâcher ses vacances parce que le beau temps n'est pas au rendez-vous?

Vigin lance un concept original: vous ne savez pas ou vous partez avant la veille du départ mais vous êtes sûr de voir vos envies de météo assurées!

bien vu!

Repost 0
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 11:38

décidemment habitué a rebondir immédiatement sur l'actualité, sixt nous gratifie de nouveau d'une pub au coeur de l'évènement!!

 

Hollande vu par Sixt

 

Sixt se sert de la campagne de Hollande pour lancer sa nouvelle publicité. Cette campagne est visible sur le site internet (www.sixt.fr), la page Facebook (www.facebook.com/locationvoiture) et le blog (www.sixtblog.fr) de la marque.

Alors que M. Hollande vient de remporter le deuxième tour des primaires socialistes, le loueur de voitures Sixt propose une autre manière de partir, non pas en, mais à la campagne.

 

voir aussi mes publications sur ce meme annonceur avec gérard depardieu et carla bruni

Repost 0
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 07:39

Cet article n'est pas de moi mais sa pertinence me pousse à le partager avec vous!

Merci a Grégory pouy de chez Nurun pour cette réflexion!

 

Je le dis depuis un petit moment mais je sens que le rappel reste nécessaire malgré tout : les stratégies de médias sociaux n'existent pas ! D'ailleurs, de manière plus générale, à mon sens, les directions digitales ne sont "que" des directions de transition car à terme le digital devra être totalement intégré dans l'ensemble des directions. Je pense que le digital en silos (via une direction à proprement parlée) est une étape nécessaire à son intégration évidemment mais qu'il ne peut s'agir d'une fin. Alors quand on me parle de stratégie en médias sociaux, j'avoue que… Je ne sais pas si vous avez une stratégie TV ou une stratégie radio mais j'en doute….pourquoi alors vouloir faire une stratégie médias sociaux ? Vous vous dîtes peut être que j'exagère mais au final, il suffit de voir comment sont structurés les agences et les annonceurs pour vite se rendre compte que les médias sociaux évoluent souvent en silos. Finalement, c'est aussi de là que provient toute la problématique du ROI des médias sociaux car si vous les considérez en silos alors forcément vous en attendez quelque chose de spécifique, c'est logique alors que s'ils participent à un tout, alors vous suivrez simplement des indicateurs prédéfinis en fonction de vos objectifs. La réalité est beaucoup plus simple que ça et si les médias sociaux ne sont pas qu'un nouveau média ils doivent néanmoins servir une stratégie globale. Afin de savoir comment agir dans les médias sociaux, il "suffit" de comprendre les problématiques concrètes des différentes directions, de bien maîtriser la marque pour laquelle on travaille, les évolutions relationnelles et innovations technologiques et de comprendre comment joindre les 2 pour avoir sa réponse. En aucun cas, faire une stratégies médias sociaux ne pourra vous aider…. Par ailleurs, quand on me dit que les entreprises sont désormais matures sur le sujet, je me dis que si c'était le cas, nous en verrions plus sur les forums et un peu moins sur Facebook.

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 10:02

Temps suspendu

Temps suspendu

 

Mettre en scène l’effet de la consommation d’un produit est un incontournable de la pub. Quand il s’agit d’un biscuit, d’un soda ou d’une sauce, c’est facile. Des yeux qui se ferment, un sourire de satisfaction, un «mmm’, c’est bon!» et, hop, voilà l’affaire enlevée. Quand il s’agit d’une voiture, il faut se montrer un peu plus attentif aux zygomatiques, mais la logique est la même. Plénitude et jouissance doivent pouvoir se lire sur le visage.

 


Certaines marques tentent toutefois de quitter ce registre attendu pour une approche moins expressive, davantage mentalisée. Comprenez : voici ce que vous allez ressentir. Cet été, les chewing-gums Five nous invitaient à nous étendre sur des billes d’acier, métaphores des sensations promises. Aujourd’hui, c’est Carte Noire qui a choisi de faire évoluer sa représentation des sensations promises par son «Café nommé désir». 


Jusqu’à présent, boire une tasse de Carte Noire avait pour effet de donner corps à ses fantasmes les plus hot. Fini la débauche. Désormais, c’est la sensation que tout se fige autour de soi qui l’emporte dès la première tasse. « Le temps de vivre plus fort » nous promet la marque. Oh ! temps, suspend ton vol. Et voilà le monde soudain figé. Les intentions sont claires. Ce café est si bon, que l’on en oublie tout. 

 


 

Oui, mais pas seulement. La possibilité de s’extraire du quotidien étant sans doute une des dernières formes du luxe, Carte Noire ne pouvait pas la laisser passer. N’est-ce pas, aussi, une manière pour la marque de renouveler les codes de la satisfaction ? 


Ressentir du plaisir, c’est bien. Savoir que les autres n’y auront pas accès, c’est encore mieux.

 

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 08:39

L'identité masculine est en profonde reconstruction. La forteresse masculine s'est effondrée : les nouveaux repères du marketing au masculin et comment la publicité met en exergue cette masculinité diversifiée.

Éclatement de la cellule familiale, explosion du travail féminin (pour la première fois en 2010, la population active féminine a été plus importante que la masculine)…

L’identité masculine se trouve dans un nouveau contexte sociologique (pour les sceptiques, voir le buzz autour de la campagne Eram !).

L’identité virile et le partage bien cadré des sexes a vécu, place à des modèles qui se situent dans un périmètre large de “la masculinité à la carte”, dans un contexte d’attention croissante apportée à l’apparence : ce ne sont que des déclarations, mais 65% des hommes disent prendre soin de leur peau, 65% font très attention à leur coupe de cheveux, 58%  à leur ligne…


Quels sont les codes utilisés par les marques lorsqu’elles s’adressent aux hommes ? Quels nouveaux imaginaires sont mis en scène dans les médias ?
L’identité masculine en reconstruction est fragile : « Définir la spécificité masculine est aujourd’hui complexe. Les représentations se sont en effet considérablement diversifiées et les frontières entre les genres sont moins nettes. »


Une nouvelle étude  confirme le jeu des extrêmes qui se joue entre les archétypes masculins : les publicités passent d’une virilité radicale et l’apologie des nouveaux machos à des imaginaires d’hommes objets, soumis au pouvoir des femmes.

Au-delà de ces jeux de masques qui animent le discours des marques, l’étude dévoile une vraie crise des repères, autour d’une identité masculine qui se recompose doucement, s’émancipant progressivement des modèles virils, sans pour autant adopter toutes les valeurs féminines.
Quatre imaginaires: Deux sont des émanations de repères classiques réaffirmés : “le corps/virilité sursignifié” et “la virilité détournée/caricaturée” ; deux autres sont de nouveaux repères : la virilité reconstruite et la virilité diversifiée ou “identités à la carte”. A chacun, correspondent des modèles et des “images” qui structurent le discours des marques.

 

homme-enceinte.jpg

 

1- La virilité sursignifiée (le corps)
Pour parler aux hommes, les marques reviennent aux fondamentaux de l’identité masculine, le corps. Soit par l’apologie de corps statufiés (Dolce & Gabbana, Emporio Armani…) ; soit en se focalisant sur les muscles (Terraillon, Kérastase…) ; soit en virilisant les produits (coupé Peugeot) ; soit en mettant en scène des sportifs (Moncler…) ; soit en exposant des corps objets (Marc Jacobs, Dsquared2, Diesel…) ; soit encore en réduisant l’homme à sa plastique (Sephora et la tablette de chocolat, Monoprix et son “Sois beau et tais-toi”) ou, à l’extrême, en faisant de l’homme un objet de consommation (Renault, Leclerc), voire un accessoire (ligne Roset).

 

2- La virilité détournée (caractère)
Pour flatter les consommatrices, les marques caricaturent les traits de comportement masculins. L’homme est soit animalisé (Orangina, Aigle, Winamax), soit infantilisé (Mercedès, Panzani), soit ringardisé (Castorama), soit montré comme égocentrique (Krys, aufeminin.com), soit caricaturé dans ses défauts (Discovery Channel, Mc Donald’s), soit “machisé” (Kellogg’s Extra), soit présenté comme le séducteur sûr de lui (Heineken, Calvin Klein), ou maladroit physiquement (Renault) ou psychologiquement (Party Poker), soit encore ridicule ou faible (Club Med), ou à l’extrême présenté dans une position associée traditionnellement à la femme (INPES/accouchement).

 

3- La virilité reconstruite (relation)
De nouveaux repères masculins émergent : démonstration d’une responsabilité familiale (Crédit Suisse, Skoda) ; renouvellement de la figure du père (Guigoz, La Halle, Nivéa) ; pérennité de la notion de transmission (Patek Philip, Mercedès, BMW) ; nouvelle proximité père/fils (Sandro, Kickers, Azzaro) ou père/fille (Nintendo, Center Parcs) ; complicité (Béghin Say, Volvo) ; couple égalitaire (Meetic, Etam, Esprit) ; activité at home (Electrolux et son, une des rares publicités à montrer un homme passant l’aspirateur) ; réconciliation dans le couple (The Kooples) et avec son image (Dove, Lacoste) et son travail “repensé” (Orange, Bougues Telecom), plus léger (La Mutuelle Générale), enfin un homme plus émotif (EDF, BNP Paribas).

 

4- La virilité diversifiée (identité)
L’homme est pluriel, physiquement (Petit Bateau, Evian, American Apparel), présenté comme libre avec cheveux longs, barbus ou rasés (Schott, Franch Connection, ING Direct, Henry Cottons), tatoué (Moncler) ou imberbe (Krys), efféminé (Paul Smith) ou viril (Dockers). La communauté homosexuelle n’est plus ghettoisée (The Kooples, Orangina, Mc Donald’s).

beaute_homme_medium.jpg

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 08:34
Une bouteille de Coca à votre nom!

 

Le leader des sodas propose de remplacer son nom par celui des consommateurs sur ses bouteilles. Et c’est une première en 125 ans d’existence! Peu de marques peuvent se permettre ce type «d’excentricité»…

 

Je suis Coca-Cola, tout le monde m'aime, et parce que je suis mondialement connue, je peux me permettre d’enlever mon nom des étiquettes de mes mythiques bouteilles. Certes la phrase du dessus raccourcit un peu les choses, mais le projet d’envergure mené par Coca-Cola Australie a de quoi surprendre.

 

L’opération lancée début octobre propose d’acheter des bouteilles de coca imprimées d’un des 150 prénoms les plus populaires sur le sol australien. De Sandra à Ash en passant par Amanda, les bouteilles sont vendues avec uniquement le nom de la personne, remplaçant ainsi le nom de Coca-Cola du conditionnement pendant les trois prochains mois.

 

 


 

 

Cet évènement qui va coûter 5 millions de dollars à la branche australienne ne se satisfait pas uniquement de ce buzz. Le dispositif est renforcé sur Facebook avec une page spéciale qui permet de récupérer un morceau de musique composé spécialement pour chaque prénom. Et ce qui veut aussi dire que 150 morceaux originaux ont été composés pour l’occasion…

 

Il est aussi possible de réaliser des canettes virtuelles au nom de ses amis. Des canettes qui deviendront réalité et seront distribuées sur des lieux précis. L’opération baptisée «Share a coke», et qui se veut virale, mise sur une participation massive des internautes qui ont ici la possibilité de détourner un symbole de la grande consommation.

 

 

Une viralité qui devrait être renforcée par la possibilité pour les consommateurs de créer leur propre pub à leur image ou celle de leurs amis grâce aux photos de leur compte Facebook, et qui pourrait, s'ils jouent bien le jeu, permettre à l'un d'eux, de remporter 50 000 dollars australien.

 

Cette initiative est pour la marque un évènement de poids, car c’est la première fois que Coca se permet ce type d’extravagance sortant clairement de sa stratégie habituelle d’une communication originale mais sans risques. Et que ceux dont le nom ne figure pas dans la liste se rassurent, ils peuvent commander «leur» Coca via facebook et aller le chercher sur des lieux éphémères prévus pendant l’opération (

 

 

Ah…«Happiness», quand tu nous tiens… Surtout, quand on espère vendre 268 millions de canettes aux australiens en 3 mois…

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 15:39

 

Quelle sera la génération la plus choyée dans les années à venir? L’Europe et les USA continueront-elles à imposer les règles du jeu? A quel degrés l’humain sera t-il connecté? D’ailleurs sera t-il connecté en tant qu’humain, ou en tant que robot? Et notre environnement, nous laissera t-il le temps de changer et de grandir intelligemment?

 

Autant de questions qui trouveront peut-être des réponses dans l'évolution de notre société...

 

 

Le péril vieux

 

Dès la prochaine décennie, toutes les 8 secondes dans le monde une personne fêtera son cinquantième anniversaire... Au Japon le pourcentage des + de 75 ans aura augmenté de 36% vers 2015. Le vieillissement de la population va devenir une tendance qui aura une énorme influence sur le changement et le comportement des sociétés à venir.

 

Le futur 3è âge vivra plus longtemps et en meilleure santé. Cette explosion démographique aura un impact évident sur l’industrie de la santé dans son ensemble (mutuelles privées, dépenses pharmaceutiques, tourisme médical, etc.).

 

mais... «les consommateurs seront plus vieux mais aussi plus jeunes. La “coolness” deviendra un style de vie lié directement à la vieillesse qui vivra mieux et plus longtemps. Les marques seront forcées de s’adapter à ce nouveau type de consommateur, tout comme les réseaux de grande distribution qui auront une capillarité plus forte. C’est comme si Carrefour devenait un énorme réseau de livraison pour personnes âgées, délaissant ainsi ses lieux de ventes... L’avenir sera donc tourné sur les jeunes et les vieux jeunes…»

 

 

 

La ruée vers l’Est

 

Le centre économique, politique et le pouvoir militaire migrent petit à petit de l’Ouest à l’Est. L’Europe et les Etats-Unis sont clairement en train de perdre leur leadership au profit de l’Asie et plus particulièrement de la Chine et de l’Inde. Ces deux grandes nations asiatiques ne seront bientôt plus vues comme des marchés émergents dépendants de l’occident.

 

Elles deviendront des centres économiques et d’innovations incontournables. L'une des principales conséquences sera une demande grandissante en ressources naturelles, largement supérieure à l'offre dans certains domaines.

 

mais.. : après l’Asie via la Chine viendra l’Inde pour peut-être un jour voir l’Afrique émerger comme la puissance dominante.

Des marques globales asiatiques de la même trempe que Coca, Nike et autres, vont apparaître. Mais ces grandes marques ne verront le jour que si elles arrivent à amener de l’innovation. La Chine va devenir aspirationnelle et créer de nouvelles cultures qui voyageront hors de leurs frontières ».

 

 

L’hyper connexion

 

La connectivité sera omniprésente! La globalisation, la dérégulation, la technologie et les nouveaux modes de vie changeront les codes sociétaux auxquels nous sommes aujourd’hui habitués. Nous sommes plus d’un milliard à être connectés et le chiffre aura plus que doublé dans la décennie à venir. Conséquence: une anxiété ambiante due à un trop plein d’informations, qui devrait provoquer une forme de panique et d’insécurité ambiante...

 

La mauvaise nouvelle: sur le plan de la technologie, la vie privée est morte ou en train de mourir.

 

La bonne nouvelle: cette ultra-connectivité générera une forme de transparence et de responsabilité, pour aboutir à une atmosphère ambiante plus honnête. La masse deviendra plus censée et responsable dans ses prises de décisions. Un comportement qui sera directement lié à une connectivité intelligente tournée vers la foule. Le “moi” disparaitra au profit du “nous”...

 

mais La connectivité sera permanente et pourrait poser problème car trop de connectivité amène à des comportements hystériques. Gare au “nervous breakdown” et à l’irrationnel qui pourraient enlever toutes formes de responsabilités comportementales...

Les marques devront faire attention à ne pas être en permanence connectées avec leur cibles. En revanche la dématérialisation du shopping sera un changement radical pour le point de vente qui se transformera en lieu d’expérience et de vie ».

 

 

Les Technologies GRIN

 

Génétique, Robotique, Internet et Nanotechnologie forment l’anagramme de GRIN. Les machines seront omniprésentes dans le futur. Il est évident que l’ordinateur deviendra plus intelligent que son créateur, ce qui mettra l’humanité devant un énorme dilemme existentiel. Comment arrêter des machines plus intelligentes que l’homme?

Un autre phénomène devra être abordé avec habileté par la race humaine: la convergence entre la robotique assistée par l’informatique et la nanotechnologie.

 

 

 

 

Le développement forcément durable

 

Lorsqu’on aborde le volet environnement, il est très difficile de ne pas évoquer le problème crucial du changement climatique. Un problème qui devrait nettement influencer les autres tendances des 50 prochaines années. On ne peut éviter dans toutes projections de sérieux problèmes comme l’effondrement du système économique ou des épidémies mondiales liées au dérèglement.

 

A cela se rajoutent des surconsommations de nos ressources naturelles (pétrole, charbon, gaz, eau et uranium) accompagnés d’une surpopulation inévitable. Les notions de «durable» dans un sens plus large, de réutilisation, de réduction et de recyclage seront prioritaires dans le futur.

 

 

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:28

6- L'avènement des campagnes "street looks"dans la mode

C'est à croire que les dernières tendances ne s'exhibent plus sur les podiums mais dans la rue. Des blogueurs comme The Sartorialist ou Garance Doré ont donné le ton avec leurs inconnus photographiés dans la rue, mannequins de l'ordinaire. Une conception de la mode sans doute plus humaine et qui rend plus accessibles des vêtements auxquels chacun apporte sa touche personnelle.

 

C'est donc sur cette vague du "street look" que les marques surfent de plus en plus à travers des publicités qui donnent l'impression de capturer des instants de vie, des moments forcément sublimés par le port de votre marque préférée. On pense bien sûr à la marque The Kooples qui a fait des affiches de couples shootés dans la rue ou dans les boîtes sa marque de fabrique

 

7- La nostalgie des consommateurs sollicitée

Le blogueur dénicheur de tendances, Trendhunter, observe en cette année 2011 le retour en force du "down aging", le fameux retour à l'enfance d'une catégorie de consommateurs nostalgiques d'une époque d'insouciance et désireux de trouver dans les produits qu'ils achètent leur madeleine de Proust. Les marques ont bien pris la mesure de ce phénomène comme en témoigne l'essor de la vague retro.

 

Déclinés dans des pubs revivals telles que le trésor du Captain Iglo ou dans des moulures vintages tel que le Vespa de Piaggio ou les Wayfarer de RayBan, les produits fleurent bon les années d'insouciance, véritables refuges en ces temps de crise.

 

8- La publicité projetée déployée sur les murs des grandes villes

A mi-chemin entre street art et affichage urbain, le beamvertising séduit de plus en plus d'annonceurs. Des marques comme Nokia, Rexona ou Puma en sont des utilisateurs réguliers.

 

L'usage de vidéoprojecteurs permettant la mise en place d'un dispositif d'animations visuelles au rendu bluffant et aux surfaces de projections illimitées donne un nouveau souffle au concept de guerilla marketing si l'on en croit les regards surpris des habitants de Paris et des autres capitales européennes qui ont pu depuis quelques mois, assisté à ces magnifiques spectacles visuels... et promotionnels.

 

9- L'expérience client de plus en plus virtuelle

Visite du magasin virtuelle ou guidée par mobile, dématérialisation des cartes de fidélité et des coupons, paiements mobiles simplifiés... Force est de constater que l'expérience client dans les rayons prend une tournure de plus en plus virtuelle. Et si le digital s'invite de plus en plus souvent dans la vie réelle, il le doit grandement à l'essor des smartphones qui seront bientôt incontournables.

 

On peut aussi penser que l'acte d'achat sera aussi influencé par l'assistance de la réalité augmentée, cette technique qui permet de superposer une image virtuelle 3D ou 2D sur une image de la réalité, en temps réel, tout en ayant la possibilité d'interagir avec l'ensemble. Vous pourrez par exemple voir sur votre terminal le produit hors de son emballage ou complètement monté. En clair se dessine un futur où Internet, réseaux sociaux et innovations technologiques vont rendre plus interactives les relations clients, enseignes et marques.

 

10- Des produits nature friendly

On s'en rend compte depuis quelques temps, les consommateurs sont de plus en plus préoccupés par leur empreinte écologique et l'origine des produits qu'ils consomment. Eh bien cela n'est pas prêt de s'arrêter.

Les marques ont bien cerné cette recherche d'éthique et communiquent de plus en plus sur la "naturalité" de leur produit. Dernier exemple en date, les bouteilles Volvic qui intègrent du plastique d'origine végétale dans leur composition et qui ont été conçues pour réduire de manière significative leur impact sur l'environnement. Reconnaissables à leur bouchon vert, ces bouteilles satisferont les consommateurs soucieux de redécouvrir des valeurs comme la passion et la compassion au nom de la conscience sociale et environnementale.

Repost 0
momentmarketing - dans tendances
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de momentmarketing
  • : les tendances du moment, le marketing d'aujourd'hui, digital ou pas, engagé ou pas...tout ce que les marques et les enseignes doivent scruter de près pour les années à venir, pour ne pas perdre le consommateur, pour rester dans la course. Pour une consultation personnalisée: http://ghostofavalon.free.fr/emo/index.html
  • Contact

Profil

  • momentmarketing
  • Professionel du marketing, passionné . je décripte les tendances actuelles:arrivée du virtuel, nouvelles formes de communication (street marketing...). de partout dans le monde, vous verrez avant les autres ce qui est marquant et différenciant!

Recherche